Qu’avons-nous accompli ?

RÉSULTATS AU NIVEAU MONDIAL

Financement du développement local

Dans les villes intermédiaires, les autorités locales jouent un rôle essentiel dans la réalisation des ODD et doivent relever le défi de l’urbanisation croissante. Pourtant, elles continuent de manquer cruellement de financements.

Bien que les aides d’État soient connues à l’avance et généreuses, elles financent rarement l’intégralité des travaux de modernisation des infrastructures. Les risques perçus et les défaillances du marché dissuadent les investisseurs privés, ce qui est un problème qui nous concerne tous. Nous devons donner les moyens aux autorités locales de réaliser les ODD et les objectifs de l’Accord de Paris.

L’UNCDF élabore, met à l’essai et évalue des mécanismes de financement innovants qui encouragent les instances budgétaires et les marchés de capitaux nationaux à investir dans les administrations et les économies locales afin de stimuler la croissance économique, d’autonomiser les femmes et de renforcer la résilience.

L’UNCDF a fait évoluer son approche tout au long du cadre stratégique. Conformément au Nouveau Programme pour les villes, le Fonds travaille désormais avec les municipalités pour mobiliser des fonds par le biais de partenariats publics-privés, de ressources propres et de nouveaux instruments financiers.

L’UNCDF a introduit des mécanismes innovants de financement structuré de projets, de financement des PME et de financement mixte pour encourager les acteurs locaux des secteurs public et privé à réduire les risques associés aux financements privés et à renforcer et débloquer ce type de capitaux au profit d’ensembles de projets locaux susceptibles de faire l’objet d’un investissement en raison de leur fort impact sur le développement.

Nous nous appuyons sur nos nombreuses années d’expérience dans le domaine de la décentralisation budgétaire. Une étude longitudinale récemment menée par un consultant indépendant et portant sur dix pays a montré que les investissements consacrés aux dispositifs mis en œuvre – généralement en étroite collaboration avec le PNUD – avaient été amortis plus de 60 fois grâce aux fonds de suivi versés par les donateurs partenaires et adoptés par les gouvernements nationaux pour être déployés à plus grande échelle. Par exemple, un fonds de développement local de 5 millions USD créé en 1999 au Népal et couvrant huit districts s’est transformé en un programme de 128 millions USD octroyant des subventions globales annuelles aux autorités locales, dont 80 % proviennent des ressources publiques.

Nous allons progressivement aider les gouvernements à adapter ces modèles de décentralisation budgétaire aux nouveaux défis, tels que l’éradication des causes profondes de la migration ou la lutte contre le changement climatique.

Concernant le financement de la lutte contre le changement climatique, notre action consiste à aider les ministères des Finances et les ministères en charge des collectivités locales à conserver leur accréditation aux fonds de lutte contre le changement climatique, tels que le Fonds vert pour le climat, et d’allouer des subventions basées sur la performance aux autorités locales par le biais de mécanismes intergouvernementaux de transfert budgétaire. Compte tenu des résultats d’une évaluation à mi-parcours, nous élargissons nos interventions à 20 pays, en nous concentrant plus particulièrement sur le financement de la résilience des zones urbaines et du secteur privé.

Enfin, l’UNCDF alloue des capitaux nationaux en faveur des stratégies d’autonomisation économique des femmes menées par les autorités locales et tenant compte des sexospécificités.

Grâce à une initiative conjointe d’ONU-Femmes et du PNUD, nous avons créé un indice d’autonomisation économique des femmes en vue d’évaluer la viabilité des projets d’investissement à petite échelle, y compris des activités et des projets d’infrastructure, sous l’angle de l’autonomisation économique des femmes. Cet outil permet d’intégrer les priorités relatives à l’égalité des sexes dans les projets locaux de développement économique. Il s’agit de la première norme adoptée par les Nations Unies visant à évaluer et examiner toutes les étapes du cycle de projet à travers le prisme de l’égalité des sexes dans les PMA.

Résultats

GROS PLAN: Mobiliser des capitaux en faveur du développement local

EN GUINÉE,

les investissements de l’UNCDF ont influencé les grandes décisions relatives au financement du développement local. Par exemple, la construction d’un marché public et d’une gare routière dans le district de Boffa a permis d’accroître les recettes des autorités locales de 200 % entre 2014 et 2017. Ces dernières ont ainsi pu réaliser des investissements de suivi afin de pouvoir mieux absorber l’afflux de migrants attirés par des investissements miniers. L’effet d’émulation créé par ce projet a conduit, en 2017, à la signature d’un accord entre le gouvernement et la Chambre des mines visant à reverser 0,5 % des redevances minières à un fonds public consacré à des investissements similaires. En 2018, l’UNCDF prévoit de cofinancer des infrastructures locales similaires génératrices de revenus avec les autorités locales guinéennes, les banques et les promoteurs locaux ainsi que d’autres partenaires de développement.

AU BANGLADESH,

les décaissements de crédits bancaires ont doublé dans les districts couverts par le fonds local de développement que l’UNCDF a contribué à mettre en œuvre, tandis que la marge de manœuvre budgétaire locale a augmenté de 27 % entre 2013 et 2017. Les enseignements tirés du programme de l’UNCDF ont permis au gouvernement de décider, de manière éclairée, de généraliser le programme à l’ensemble des autorités des sous-districts du Bangladesh. En 2017, l’UNCDF a également encouragé et financé la création d’un mécanisme de garantie des prêts par la Bangladesh Bank, qui poursuivra l’objectif d’allouer près de 1 million USD de prêts bancaires à l’échelle locale au profit de femmes ayant créé une entreprise dans certains secteurs, en raison de leur effet catalyseur sur l’économie locale. Ce mécanisme devrait conduire à une hausse du chiffre d’affaires cumulé des créatrices d’entreprises ciblées au cours des cinq prochaines années. Par ailleurs, outre l’investissement de l’UNCDF, la Société financière internationale a injecté 750 000 USD supplémentaires dans ce mécanisme de garantie des prêts.

Inclusion financière

L’UNCDF continue de centrer son action sur l’amélioration de l’accès des populations pauvres et exclues à un éventail de services financiers toujours plus large et plus personnalisé. Près de 1,7 milliard d’adultes restent exclus du système bancaire. Dans les pays en développement, la probabilité pour les femmes d’avoir un compte bancaire reste 9 % inférieure à celle des hommes.

De nombreux investisseurs publics et privés se montrent réticents à élargir les frontières de leurs financements lorsqu’ils ne disposent d’aucun exemple attestant de l’efficacité de cette démarche.

L’UNCDF encourage les prestataires de services financiers à innover selon une approche centrée sur le client qui s’appuie sur des circuits de distribution alternatifs pour atteindre les populations mal desservies, en particulier les femmes, les jeunes, les petits exploitants et les acteurs de la chaîne de valeur agricole.

De plus, l’UNCDF utilise des diagnostics basés sur des données factuelles pour aider les gouvernements à élaborer des stratégies d’inclusion financière. Ce travail en amont nous permet de soutenir la création de marchés financiers inclusifs.

L’innovation digitale est au centre de toutes nos activités. De plus en plus, l’UNCDF collabore avec de nouveaux acteurs, tels que des entreprises de technologies financières, des opérateurs de réseaux mobiles et des acteurs des nouvelles technologies, en particulier dans le domaine des services financiers digitaux. Nous nous appuierons sur ces expériences pour aider les régulateurs à formuler des règlements relatifs aux services financiers digitaux et pour mettre en évidence l’utilité des outils digitaux au service des marchés mal desservis auprès de nos pairs et des investisseurs.

Concernant le financement des énergies propres, l’UNCDF collabore avec des prestataires de services énergétiques dans le but d’améliorer l’accessibilité des fourneaux efficients et des installations solaires à usage domestique, grâce à des modèles de paiement à l’utilisation. Notre objectif est de faciliter la transition vers l’énergie propre de 500 000 personnes d’ici 2020.

L’UNCDF collabore également avec les gouvernements et les prestataires de services pour structurer les méthodes de transfert de fonds, réduire les coûts grâce à l’utilisation de solutions digitales et de technologie financière et établir un lien entre les transferts de fonds et un large éventail de services financiers.

En outre, nous élargissons actuellement l’inclusion financière aux populations déplacées de force et aux communautés d’accueil en Afrique et avons établi un partenariat avec le HCR en ce sens.

L’UNCDF héberge le secrétariat de l’Alliance Better Than Cash.

L'Alliance Better than Cash a 62 MEMBRES

Le plaidoyer de l’Alliance Better Than Cash a permis de sensibiliser davantage la communauté internationale à l’importance des paiements dématérialisés. L’Alliance compte désormais parmi ses membres des gouvernements, des organisations de développement et des entreprises privées. Elle a encouragé la prise en compte des paiements dématérialisés dans les principaux forums de décision, tels que le G20, la Coopération économique Asie-Pacifique, le Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement, le Forum économique mondial et l’Alliance du Pacifique.

Résultats

GROS PLAN: l’impact positif considérable des services financiers digitaux

Grâce à la création d’écosystèmes digitaux dans huit pays, l’UNCDF a permis à 6,7 millions d’adultes supplémentaires de devenir des utilisateurs actifs d’un service financier digital.

EN ZAMBIE,

par exemple, l’UNCDF a contribué à une forte augmentation du nombre d’utilisateurs actifs des services financiers digitaux, celui-ci étant passé de 2 % de la population adulte en 2014 à 18 % en 2017. En 2017, le lancement d’un porte-monnaie électronique baptisé « Sunga », mis au point avec l’appui de l’UNCDF, a été très bien accueilli, le service comptant actuellement 136 000 utilisateurs actifs. L’UNCDF a également concentré ses efforts sur l’amélioration de l’accès des populations les plus vulnérables et les plus exclues, y compris les familles des zones rurales et les réfugiés, à ces services financiers. En collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l’UNCDF a pu convaincre le gouvernement de Zambie d’autoriser l’utilisation de données d’identification des réfugiés lors de l’ouverture d’un porte-monnaie mobile. Des recherches sont actuellement menées pour déterminer comment les services financiers digitaux peuvent aider les femmes à faire face à leurs défis spécifiques et élaborer un argumentaire qui permettra de défendre l’intérêt économique de ce type de services auprès des prestataires concernés.

En association avec le PNUD, l’UNCDF a contribué de manière significative à améliorer l’accès aux services financiers dans la région du

PACIFIQUE DU SUD,

permettant à 1,7 million de personnes de bénéficier de produits d’épargne, de prêts, de porte-monnaies mobiles, de micro-assurances ou de transferts de fonds, principalement à l’aide de solutions digitales. Ce chiffre représente 29 % de la population adulte totale de ce marché. L’UNCDF a grandement contribué à l’inclusion financière des femmes, en permettant à quelque 800 000 femmes d’accéder au secteur bancaire formel depuis 2008. Pendant la seule année 2017, environ 170 000 femmes ont bénéficié de différents produits et services financiers soutenus par l’UNCDF.

AU NÉPAL,

l’UNCDF a aidé les prestataires de services financiers à couvrir 48 000 nouveaux clients en créant 11 agences rurales, 405 services bancaires mobiles ou par agents et 7 nouveaux produits financiers spécialement adaptés aux vastes chaînes de valeur agroindustrielles. Grâce à un mécanisme de fonds d’appui, l’UNCDF a aidé la banque vietnamienne LienVietPostBank à recenser 1,5 million d’utilisateurs de son porte-monnaie électronique « Vi Viet ».

Plateforme d’investissement pour les PMA

L’UNCDF joue un rôle toujours plus actif dans la mobilisation de capitaux dans les économies locales par le biais d’emprunts, de garanties et de subventions remboursables qui atténuent les risques pour les investisseurs publics et privés. La plateforme d’investissement pour les PMA gère ce troisième pilier d’action et crée de nouvelles opportunités pour l’UNCDF d’étendre son soutien aux entreprises et infrastructures locales au dernier kilomètre.

La plateforme d’investissement pour les PMA cherche à utiliser des instruments financiers tels que des prêts et des garanties pour l’investissement direct, et à absorber les risques dans le but d’attirer davantage d’investissements commerciaux vers un nombre croissant de projets dans les PMA (p. ex., infrastructures locales, PME, chaîne de valeur agricole, prestataires de services financiers, entreprises de technologies financières). Les politiques de prêts et de garanties de l’UNCDF constituent les fondements de cette plateforme, qui s’appuie également sur un processus renforcé de diligence raisonnable mettant en œuvre des techniques de modélisation financière, de note de crédit et de structuration. L’UNCDF dispose de ressources dédiées à la gestion et à la supervision du portefeuille d’investissements ne reposant pas sur des subventions. Ces dernières doivent également rendre des comptes sur leurs activités.

Résultats

GROS PLAN: la diversification du portefeuille de subventions de l’UNCDF

Entre 2010 et 2013, l’UNCDF s’est attachée tout particulièrement à promouvoir la microfinance et les financements publics locaux. Depuis quatre ans, l’UNCDF a revu ses priorités et modifié ses outils et approches pour cibler plus spécifiquement les populations « au dernier kilomètre », les PME et les autorités locales. Les schémas ci-dessous comparent les investissements de l’UNCDF entre 2012-2013 et 2016-2017. Ils montrent une évolution progressive de l’identité des partenaires d’investissement de l’UNCDF qui reflète les changements opérés dans ses programmes. En 2012 et 2013, plus de 98 % des investissements de l’UNCDF étaient destinés aux prestataires de services financiers, principalement des institutions de microfinance et des banques commerciales, et aux autorités locales. Bien que ces deux secteurs demeurent des partenaires de premier plan, les investissements de l’UNCDF se sont considérablement élargis et englobent désormais des opérateurs de réseau mobile, des entreprises de technologie financière, des prestataires de services énergétiques et des PME des deux secteurs. Les schémas illustrent la volonté de l’UNCDF d’accompagner les pays vers de nouveaux secteurs de la finance à mesure que les marchés évoluent.

Diversification du portefeuille de subventions de l’UNCDF
(en millions de dollars des États-Unis)

Restez en contact